Calme, confiance, et force

Esaïe 30 : 15
15 Car ainsi a parlé le Seigneur, l’Eternel, le Saint d’Israël : C’est dans la tranquillité et le repos que sera votre salut, C’est dans le calme et la confiance que sera votre force. Mais vous ne l’avez pas voulu !

1. Le calme

David était en danger, mais il confesse : « L’Éternel est mon berger »… et ensuite : « Il me fait reposer dans de verts patûrages, il me conduit près des eaux paisibles ». (Psaume 23)

Dans la lettre aux Hébreux, il est question d’entrer dans le repos.

Israël ne l’avait pas voulu : ils continuaient de vouloir régler les choses par leurs propres moyens ; aller au combat avec leurs forces… Mais juste après il est dit que l’Éternel a choisi de leur faire quand même grâce et miséricorde ! Il exhorte ensuite : « Efforçons-nous d’entrer dans ce repos ».

Même si vous avez voulu vous appuyer sur vos forces, Dieu vous lance encore cette invitation à epérer en lui et revenir au calme et à la confiance où se trouve votre force !

Ce n’est pas tant un endroit physique. Tout peut être chaos autour de vous, mais vous êtes dans ce lieu paisible : la circulation encombrée, une charge de travail, une inquiétude générale… Vous pouvez être au cœur de la tempête sans pour autant que la tempête entre dans votre cœur.

Dieu n’a pas dit que nous n’aurions pas de difficultés ou de tempêtes ; mais il nous assure de sa paix. « Je n’ai pas obtenu telle chose, une réponse négative, une relation n’aboutit pas, un diagnostic… », je reste en paix. S’en remettre à Dieu, redire sa confiance, le laisser faire.

Daniel a été jeté dans la fosse aux lions ; il est resté tranquille ! Il n’a pas été blessé !

Avec ses compagnons jetés dans la fournaise ardente, ils sont resté tranquilles ! L’odeur du feu ne les a pas atteints !

Joseph a été vendu, condamné, rejeté, il est resté tranquille ! Il est resté fidèle et a été source de délivrance de la famine pour tout un pays et pour les siens !

Même s’il y a des statistiques ou des diagnostics, « Que mille tombent à ton coté et dix mille à ta droite, TU NE SERAS PAS ATTEINT ! ».

Quand vous mettez votre confiance en Dieu et restez en paix, revenez à ce lieu paisible, vous réaffirmez sa seigneurie sur vous et son autorité et vous vous exposez à son intervention ! Là, maintenant, tout de suite, il est avec vous et la grâce nécessaire est disponible !

C’est aussi au calme, « tête reposée », que vous pouvez avoir la bonne perspective sur les choses, prendre les bonnes décisions,…

L’inquiétude est nocive. Vous ne prenez pas la décision de vous inquiéter : si vous le permettez, si vous ne faites rien, l’inquiétude vient. Mais vous pouvez prendre la décision d’être et de rester en paix.

L’inquiétude, la peur, est une forme détournée de foi : vous accordez plus de crédit/de confiance à ce qui pourrait vous nuire qu’à Celui qui vous préserve et vous garde ! Et vous vous exposez alors. Les gens s’inquiètent souvent au point que cela vole le sommeil, la tranquilité, à tout moment les questions se posent et les pensées tournent en tête. Beaucoup de ce qu’ils s’imaginent alors n’arrivera même jamais !

Matthieu 6 : 34
34 Ne vous inquiétez donc pas du lendemain; car le lendemain aura soin de lui-même. A chaque jour suffit sa peine.

Au lieu de concevoir des catastrophes… ce qui arrivera ou pas… vous êtes alors « absent » du moment qui se déroule.

Vous avez la grâce, la provision, et la faveur qui correspondent à ce que vous vivez à l’instant précis. Chaque matin : « Les bontés de l’Éternel se renouvellent chaque matin » : pour qu’il n’en manque jamais, mais aussi parce que chaque jour nécessite des « bontés » particulières / ou « grâces » !! Ne ratez pas aujourd’hui parce que vous craignez demain ! (qui plus est un demain sous une forme qu’il n’aura probablement jamais) / ou pire que vous aurez alors produit…

Revenez à ce lieu paisible.

Jean 14 : 27
27 Je vous laisse la paix, je vous donne ma paix. Je ne vous donne pas comme le monde donne. Que votre coeur ne se trouble point, et ne s’alarme point.

Recevez la paix.

C’est dans le calme et la confiance que sera votre force !

2. La confiance

Chaque fois que l’inquiétude semble se présenter, détournez-la en confession de foi et remerciement au Seigneur de ce qu’il prend soin de vous et s’occupe de la situation : investissez cette énergie dans la bonne direction, celle que vous voulez atteindre (car vous vous portez vers l’objet de vos pensées, vous produisez ce que vous croyez et déclarez !)

Nous ne savons peut être pas ce que contient l’avenir, mais nous savons QUI TIENT notre avenir entre ses mains –

Psaumes 31 : 16
16 Mes destinées sont dans ta main; Délivre-moi de mes ennemis et de mes persécuteurs !

Vous lui faites confiance, et vous êtes confiant !

« Or la foi est une ferme assurance des choses qu’on espère, une démonstration de celles qu’on ne voit pas. »

Vous êtes enfant de Dieu, précieux, chéri, racheté… Il vous a acquis à grand prix. Il vous a arraché aux ténèbres pour vous amener dans le Royaume du Fils.

1 pierre 2:9 dit que vous êtes élu, un sacerdoce royal, des gens acquis pour annoncer ses vertus.

Ephésiens 2:6 déclare qu’Il vous a fait ressusciter avec Christ et asseoir avec lui dans les lieux célestes.

Vous êtes supposé régner dans la vie par Christ (Romains 5:17).

La confiance c’est s’appuyer sur lui et une position de cœur ; mais qui se traduit dans votre expression, votre être : comportez-vous conformément à votre position !

Alors ne déambulez pas la tête baissée, longeant les murs, incertain. Relevez les épaules, redressez-vous, marchez d’un pas affirmé, regardez vos interlocuteurs droit dans les yeux !

Vous êtes intéressant, précieux, équipé, capable, inspirant… Et si vous ne le voyez pas encore, c’est que cela sera encore révélé. Celui qui est en vous est plus grand que celui qui est dans ce monde. Dieu a son regard sur vous, il vous a choisi et établi, il vous a donné tout ce qu’il faut.

La valeur ne dépend pas de ce que vous avez, savez, faites…mais de qui vous êtes ! Cela fait toute la différence ! Et d’autant plus celui qui est en vous ; ce trésor que vous portez (même si nous ne sommes que le vase qui le porte) !

Relevez-vous, levez les yeux, souriez, soyez digne… quand on regarde ainsi, quand on se positionne ainsi, on se sent mieux, même physiquement, on respire mieux, on est plus à l’aise…

Même si vous ne vous sentez pas encore pleinement en confiance, agissez avec assurance, soyez confiant ! Ce n’est pas tant ce que vous SENTEZ que ce que vous CROYEZ qui importe. La foi ne se base pas sur les émotions. La foi agit sur l’INVISIBLE !

Plus encore, c’est quand vous agissez ainsi que vous allez CRÉER le sentiment/ressenti ! Même si à l’intérieur vous vous sentez encore un peu fragile, appuyez-vous sur ce que dit Dieu et démontrez-le !

L’assurance, la confiance, produit du fruit !

Hébreux 10 : 35
35 N’abandonnez donc pas votre assurance, à laquelle est attachée une grande rémunération.

3. Votre force !

Vous n’êtes plus dans une position de faiblesse et de seulement dire à Dieu tout ce qui ne va pas et supplier quelque chose, mais vous êtes positionné et exercez l’autorité qui vous appartient en expérimentant par la foi l’héritage qui vous est réservé. Vous avancez dans votre destinée.

Dites du bien sur vous !

Dieu dit du bien de vous, faites-le aussi ! Dites vous : « Je suis capable, je peux le faire, je suis enfant de Dieu, j’ai la faveur, etc. »

Quand vous croyez en vous-même (et en vous-même à cause de celui qui est en vous), vous inspirez les autres à croire en vous !

Si vous êtes devant quelque chose que vous n’avez jamais fait auparavant, ne dites pas : « Je ne sais pas, je ne peux pas… ». Comment le savez-vous puisque vous ne l’avez jamais fait ?!! Essayez plutôt !

Vous avez encore tant de capacités non utilisées, un potentiel non encore libéré ! Et ces situations visent à les révéler !

Et même si quelque chose n’a pas fontionné, RECOMMENCEZ !!!

Proverbes 24:16 : « Le juste tombe, il se relève ! »

Confessez, exercez votre autorité !

Joël 3:10 : « Que le faible dise : je suis fort ! »

Marc 11:23 : « Croyez que ce que vous dites arrive et vous le verrez s’accomplir. »

1 Jean 5 : 4-5
4 parce que tout ce qui est né de Dieu triomphe du monde; et la victoire qui triomphe du monde, c’est notre foi. 5 Qui est celui qui a triomphé du monde, sinon celui qui croit que Jésus est le Fils de Dieu ?

2 Corinthiens 2:14 : « Grâces soient rendues à Dieu qui nous fait TOUJOURS triompher en Christ, et qui répand PAR NOUS en tout lieu l’odeur de sa connaissance ! »

Dans le calme et la confiance est votre force : pour votre vie, et pour révéler Christ au monde !

PRATIQUE :

Revenez au lieu de paix, de calme, eaux paisibles. On a parfois besoin une pièce, une position, un moment de silence, respirer, écouter quelque chose, etc.

Soyez confiant. Confessez votre confiance en Dieu, louez-le, comportez-vous en fonction.

Vous êtes fort. Confessez, agissez, rayonnez…

Fabien Weigel

Offrez vos corps

Matthieu 3 : 2
2 Il disait : Repentez-vous, car le royaume des cieux est proche.
Romains 12 : 1-2
1 Je vous exhorte donc, frères, par les compassions de Dieu, à offrir vos corps comme un sacrifice vivant, saint, agréable à Dieu, ce qui sera de votre part un culte raisonnable. 2 Ne vous conformez pas au siècle présent, mais soyez transformés par le renouvellement de l’intelligence, afin que vous discerniez quelle est la volonté de Dieu, ce qui est bon, agréable et parfait.

 

Jésus enjoint de changer de mentalité et de comportement, en vue du Royaume qui allait être révélé. Paul encourage à s’offrir soi même à Dieu et à être métamorphosé par un changement de mentalité.

S’il y a des habitudes, dépendances, comportements qui doivent être changés, si vous en prenez la décision maintenant, c’est la bonne occasion d’en venir à bout ! Alors que vous orientez vos pensées et réflexions sur le Seigneur, vous laissez de moins en moins d’espace à ces autres choses qui vous parasitaient jusqu’alors, et êtes à la source de la toute puissance pour en être détachés une bonne fois.

Esaïe 58 parle du vrai jeûne qui consiste à défaire les liens, à libérer. Agir pour autrui de la sorte est plus agréable à Dieu que, se priver de nourriture, mais garder un mauvais comportement. Mais nous pouvons aussi détacher les liens en nous, briser les jougs en nous. Quand vous vous alignez sur la pensée de Dieu, en méditant Sa parole et en vous positionnant dans Sa victoire, vous êtes triomphant.

Alors pourquoi ne pas saisir l’occasion aujourd’hui même de vous positionner dans votre pensée et votre coeur, et renoncer à ces comportements, dépendances, habitudes… Vous êtes victorieux, la vie divine dans votre esprit régénéré vous confère tout ce qu’il vous faut, et la victoire qui triomphe du monde, c’est votre foi !

Alors que, ce qui est terrestre perd du terrain en vous, ce qui est céleste vous envahit davantage. Poursuivons, jusqu’à ce que, ce qui est corruptible, soit totalement englouti par l’incorruptible, esprit, âme et corps !

Fabien Weigel

Ouvrez les volets !

Genèse 1 : 4
4 Dieu vit que la lumière était bonne; et Dieu sépara la lumière d’avec les ténèbres.

Peut-être y a-t-il des zones d’ombre ou de ténèbres, ou traversez-vous une période où vous ne semblez pas voir cette lumière. Pourtant, Dieu est lumière ! Vous pourriez vous plaindre des ténèbres qui vous entourent, ou de broyer du noir… Pourtant, une chose est certaine, la lumière existe et brille ; la question est donc, peut-elle vous atteindre ?

Nous avons l’habitude de fermer les volets de notre logement chaque soir, et tant que les volets sont fermés, même le matin, il nous semble être encore dans la nuit. Pourtant, aussitôt que nous ouvrons ces volets, s’il fait jour à l’extérieur, la lumière du jour peut entrer et briller à l’intérieur. Le soleil était déjà levé, la lumière brillait, mais nous n’avions pas encore ouvert l’accès.

Genèse 1 : 8
8 Dieu appela l’étendue ciel. Ainsi, il y eut un soir, et il y eut un matin : ce fut le second jour.

Nous constatons que le Seigneur a porté un regard particulier sur la lumière, il vit qu’elle était bonne. Le verbe « voir » ici inclut la notion d’observer, inspecter, examiner. Après avoir mis de l’ordre dans la création, Dieu regarde, examine et voit ce qui est bon.
La lumière est la première action, parce que c’est ce qui révèle toute chose, et Le reflète Lui-même, car « Dieu est lumière. » Jésus, se révélant aux hommes, dira plus tard « Je suis la lumière », et par extension nous fait réaliser, en tant que Ses enfants et disciples, « vous êtes la lumière du monde », parce qu’en fait, nous portons ce trésor comme dans un vase.

Nous devons parfois rappeler à l’un de nos enfants « ouvre le volet de ta chambre », parce qu’entre temps il peut allumer la lampe pour y voir clair.

Pendant que Dieu fait briller Sa lumière sur vous, ne cherchez plus à vous « débrouiller » ou à vous contenter de vos petites lumières d’appoint, mais ouvrez grand à Sa lumière. Ne dites plus que de toute façon tout est sombre, croyez et exposez-vous à la lumière.

« Ouvrez les volets », que la véritable lumière venue dans ce monde pour éclairer tous les hommes brille sur vous et votre être entier ; et que vous deveniez à votre tour lumière dans votre environnement !

Fabien Weigel

Ce n’est pas juste ?

Jean 5 : 30
30 Je ne puis rien faire de moi-même : selon que j’entends, je juge; et mon jugement est juste, parce que je ne cherche pas ma volonté, mais la volonté de celui qui m’a envoyé.

« Ce n’est pas juste ». Quelle expression courante ! Je pense que nous l’entendons régulièrement, et face à certaines situations, nous pouvons être amenés à en penser (ou en dire) autant.

Jésus a dit qu’il faisait ce qu’il voyait faire au Père. Autrement dit, il n’agit pas de sa propre pensée, il ne parle pas de sa propre philosophie, il ne juge pas de sa propre justice… mais de celle de l’Éternel Dieu.

Nous ne comprenons pas tout ce qui nous arrive. Peut-être vivons-nous des moments agréables, formant des projets… et tout à coup, toutes ces belles aspirations s’écroulent devant nos yeux, à cause d’un événement. Alors non, ce n’est pas juste, dans notre pensée humaine. Mais ne pensez-vous pas que Dieu est Juste, et qu’il nous conduit réellement dans de bonnes voies ?

Lorsque vous avez demandé à Dieu de faire sa volonté pour vous, étiez-vous vraiment d’accord pour qu’il le fasse, qu’il fasse SA volonté… ou espériez-vous que Dieu fasse votre volonté. Accepterez-vous qu’il accomplisse sa volonté pour vous, même si cela doit passer par des difficultés ?

Toute situation désagréable et difficile a une fin. La tristesse que peut produire un événement passera, nous avons un Père, nous avons un Sauveur et nous avons un Consolateur. Apprenons à rechercher la volonté de Dieu, même quand tout ne se déroule pas comme nous le calculions.

Jésus est le chemin, la vérité et la vie. Confions nous en lui, il ne nous laissera jamais pour compte, et veille sur tous les domaines de notre vie.

Fabien Weigel

Une bonne odeur

Si nous permettons à l’Esprit de Dieu de conduire nos pensées, nos paroles, nos actes, alors nous pouvons produire et répandre une bonne odeur autour de nous.

2 Corinthiens 2 : 15-16
15 Nous sommes, en effet, pour Dieu la bonne odeur de Christ, parmi ceux qui sont sauvés et parmi ceux qui périssent : 16 aux uns, une odeur de mort, donnant la mort; aux autres, une odeur de vie, donnant la vie. Et qui est suffisant pour ces choses ?-

Chaque moment, Chaque acte que nous posons, chaque choix que nous faisons, toute pensée, est une occasion de libérer une bonne odeur. Paul conseille particulièrement aux Galates de marcher selon l’Esprit de Dieu. Et nous avons besoin de ce genre de rappel pour vivre selon la nature spirituelle, régénérée, et non selon la chair. Si nous permettons à l’Esprit de Dieu de conduire nos pensées, nos paroles, nos actes, alors nous pouvons produire et répandre une bonne odeur autour de nous.

Si nous demeurons en Lui, dit Jésus, nous pourrons porter du fruit. Nous sommes nourris, le Père qui est le vigneron soigne, émonde, travaille, de sorte que nous portions des fruits agréables, et soyons une bonne odeur.

Il y a des personnes qui font beaucoup de choses, mais dont le fruit n’est pas doux, ni agréable. Ils répandent une odeur de mort, de destruction, un arrière goût âcre, et finalement destructeur. La Bible nous parle de ces oeuvres de la chair.

Mais nourrissons-nous de la pure Parole de Dieu, soyons connectés à notre Maître, et abreuvés de l’Esprit. Ainsi, nous pourrons arborer le fruit de l’Esprit, et répandre partout la bonne odeur de Christ, agréable à Dieu, et aux hommes.

Fabien Weigel

Toujours en avance

Ephésiens 1 : 3-6
3 Béni soit Dieu, le Père de notre Seigneur Jésus-Christ, qui nous a bénis de toutes sortes de bénédictions spirituelles dans les lieux célestes en Christ ! 4 En lui Dieu nous a élus avant la fondation du monde, pour que nous soyons saints et irrépréhensibles devant lui

Ce passage nous montre qu’avant même la fondation du monde, Dieu nous a élus, et qu’il nous a prédestinés. Nous avons appris que Dieu connaît tout, qu’Il est tout puissant, que rien ne lui échappe. Mais réalisez vous ici qu’avant même que le monde ne soit, Dieu nous a déjà choisis. Avant que nous ne soyons, il nous a prédestinés. A Jérémie Dieu dira qu’il l’avait établi depuis le sein de sa mère, dans les Psaumes nous lisons qu’il connaissait nos jours avant qu’aucun ne soit… Cela peut troubler notre logique ! Cela pose quelques questions de temps !

Mais à ce sujet, la Parole ne dit-elle pas que Ses pensées sont au dessus de nos pensées ? Que sa sagesse dépasse toute intelligence ? Qu’il confond les sages ? Et que nous avons donc besoin de révélélation, et pour revenir à Paul s’adressant aux Ephésiens que nos yeux soient illuminés pour comprendre la richesse de la gloire de l’héritage et l’infinie grandeur de Sa puissance; ou encore que nous saisissions les dimensions de l’amour de Dieu ?

Dieu n’est donc jamais surpris ou pris au dépourvu; il n’est jamais en retard ! Il savait tout à l’avance. Et il a donc élaboré le plan du salut à l’avance. Parce que nous donnant une pleine liberté, un libre arbitre, Il savait qu’il nous serait inévitable d’être privés de Sa gloire. Mais Il pourvut alors à notre salut en Se sacrifiant Lui même, s’incarnant parmi les hommes, pour prendre la juste condamnation qui satisferait Sa justice, et ferait alors de nous les justes, plus encore, la justice de Dieu en Jésus Christ. Il nous a ainsi prédestinés à devenir Ses enfants. C’est le plan qu’il a formé pour tous (et non une élite qui serait élue et d’autres non), mais à nous de croire Sa Parole et par notre foi recevoir ce salut qui amène à réalité ce projet divin pour nous.

Romains 8 : 30
30 Et ceux qu’il a prédestinés, il les a aussi appelés; et ceux qu’il a appelés, il les a aussi justifiés; et ceux qu’il a justifiés, il les a aussi glorifiés.
Concernant maintenant les situations que vous pouvez traverser. Dieu n’est pas pris au dépourvu. Il a déjà prévu que vous en sortiez vainqueur, grandi. Il est dit qu’avec l’épreuve il a prévu le moyen d’en sortir. Il n’est pas étonné mais il veille sur nous avec un dessein à l’esprit. Si nous ne comprenons pas quelque chose, ou pourquoi le temps ne correspond pas à ce que nous aurions vu, rappelons nous qu’il  n’est jamais en retard, qu’Il est à l’oeuvre « en coulisses », et que cela doit contribuer à notre formation et notre perfectionnement que nous en remettre à Sa science, Sa sagesse, et Son amour. Ce n’est pas logique qu’il nous aime, qu’il nous sauve, qu’il pardonne, qu’il guérisse, qu’il restaure… mais c’est l’oeuvre de Son amour et de Sa grâce abondante.
Ephésiens 1 : 11-12
11 En lui nous sommes aussi devenus héritiers, ayant été prédestinés suivant la résolution de celui qui opère toutes choses d’après le conseil de sa volonté, 12 afin que nous servions à la louange de sa gloire, nous qui d’avance avons espéré en Christ.

Abandonnez votre propre sagesse et recevez la révélation de Son plan parfait pour vous. Soyez confiant, Il veille, Il est au contrôle. Il n’arrive jamais trop tard. Il est toujours en avance. Il nous invite aussi à croire que nous avons reçu quand nous prions, à croire que la chose arrive quand nous parlons. C’est déjà fait ! Il a déjà disposé une issue favorable ! Alors, rejoignons Le par la foi pour nous réjouir en avance des réponses attendues, des victoires à obtenir, de la gloire à venir qui ne manquera pas de se manifester sous nos yeux !

Fabien Weigel

Dieu, en premier ?

Savez-vous que Son désir est d’être intime avec vous ; afin qu’alors que vous lui donnez la première place en tout, Il puisse siéger en gloire dans votre vie et manifester toutes ses ressources célestes pour que vous portiez du fruit dans tous les domaines

Matthieu 6 : 33
33 Cherchez premièrement le royaume et la justice de Dieu; et toutes ces choses vous seront données par-dessus.

Nous connaissons bien les passages des Ecritures qui nous appellent à la consécration, et à accorder à Dieu la première place. Peut-être même pensons-nous la lui accorder dans nos coeurs, dans notre esprit, dans notre pratique spirituelle (voir religieuse). Mais qu’en est-il de nos occupations, de nos affaires, de notre temps, de nos pensées, de nos priorités dans la vie ?

Depuis le début de mon service pour le Seigneur, et au fil des quelques années de ministère qu’Il m’a fait la grâce de pouvoir exercer en servant de Sa part, j’ai pris la ferme résolution et adopté la position selon laquelle je serai d’abord au service du Seigneur ; même si j’exerçais une activité professionnelle. Et, le fait de mettre Dieu à la première place n’a pas entaché mon travail, au contraire, cela devrait le sublimer et le travail de nos mains devrait être marqué de Sa gloire. (Rappelez-vous Paul exhortant à travailler pour nos patrons [version moderne de « maîtres »] comme pour le Seigneur). Dans chaque poste occupé, j’ai d’ailleurs été au bénéfice de la grâce de Dieu agissant dans ma vie pour me rendre capable, ce qui provoqua aussi la promotion dans chaque société pour lesquelles j’ai travaillé. Gloire au Seigneur !  Le positionnement devrait être celui-ci : je suis toujours, avant tout, serviteur/servante de Dieu ; et qu’à ce titre ma communion avec Lui, mais aussi le service doivent rester au premier plan. Vous pouvez penser – comme je l’ai fait – qu’il est plus sage à un moment de « moduler » votre service pour Dieu ou l’action du ministère pour vous consacrer à d’autres affaires.

Mais l’Esprit de Dieu m’a rappelé ces paroles, pourtant si connues : « Cherchez PREMIEREMENT le Royaume de Dieu ». Et, « tu aimeras le Seigneur ton Dieu – permettez-moi la re-formulation : EN TOUT, PAR TOUT, ET PAR-DESSUS TOUT ». Pensez aussi aux promesses merveilleuses de Dieu, disant « Heureux » celui qui n’est pas en compagnie des méchants, moqueurs, et … mais qui trouve son plaisir dans la « loi » de l’Eternel. Or, Sa loi par excellence c’est l’AMOUR, et cet amour nous pousse à la consécration, la communion intime, et le service. Alors, « Tout ce qu’il fait lui réussit ». Ou encore ces paroles adressées à Josué, valables pour chacun: « Que ce livre ne s’éloigne pas de ta bouche, médite-le jour et nuit pour agir selon tout ce qui est écrit, car c’est alors que tu auras du succès dans tes entreprises, c’est alors que tu réussiras ». Pour ceux qui préfèrent un passage du Nouveau Testament, citons par exemple : « Toute Ecriture est inspirée de Dieu et utile…. jusqu’à ce que l’homme de Dieu soit accompli et propre à toute bonne oeuvre. » Ou encore cet enseignement de Jésus dans l’évangile de Jean notamment à demeurer en Lui, sans quoi nous ne pourrions rien faire.

Pour quelle raison êtes-vous en vie ? Savez-vous que Dieu vous a créé et a formé une destinée sur votre vie ? Savez-vous que vous êtes vivant pour Lui désormais ? Savez-vous que Son désir est d’être intime avec vous ; afin qu’alors que vous lui donnez la première place en tout, Il puisse siéger en gloire dans votre vie et manifester toutes ses ressources célestes pour que vous portiez du fruit dans tous les domaines de votre vie ; et avant tout pour le Royaume ? Il ne nous reste pas tant de temps pour que la Bonne Nouvelle soit répandue, et que le plein salut soit annoncé partout. Nous ne pouvons pas nous permettre de nous soucier d’abord d’autre chose que ce qui compte vraiment : les plans de notre Père, le salut des âmes, la manifestation du Royaume sur la terre comme fruit de notre positionnement céleste.

Alors je vous invite simplement aujourd’hui à vous poser cette question : quelle est – vraiment – ma priorité. Et, si nécessaire, reprenez la ferme résolution d’accorder la toute première place en tout à Dieu et ce qui vient de Son coeur. Vous verrez que tout le reste de votre vie sera illuminé de Sa gloire.

Pour votre méditation, lisez par exemple les passages sur l’union au Seigneur, dans l’évangile de Jean chapitre 15.

Fabien Weigel

S’encourager, garder le cap

Alors que sommes en progrès vers la réalisation de buts, de nos rêves, vers l’accomplissement de notre destinée, cette voie n’est pas toujours « un long fleuve tranquille », et nous avons besoin de garder le cap.

S’encourager…soi-même

Josué 1 : 6
6 Fortifie-toi et prends courage, car c’est toi qui mettras ce peuple en possession du pays que j’ai juré à leurs pères de leur donner.

Nous avons tous besoin à certains moments d’être encouragés pour rester sur la bonne piste et progresser. C’est bon et important d’avoir des personnes qui nous encouragent, d’avoir des personnes positives dans notre entourage, des gens qui nous motivent, tout ceci nous aide et nous « booste ». Mais il y a encore davantage pour rester dans de bonnes dispositions et vivre victorieusement : nous avons besoin d’apprendre à nous encourager nous-mêmes, à maintenir notre courage.

Il y a des moments où les choses ne tournent pas comme nous voulons, où nous pouvons penser que ça n’en vaut pas la peine, qu’il n’y a rien à faire, et on voudrait baisser les bras… Mais au fond de nous même devrait se lever une réponse. Quelque chose au fond de nous même devrait se lever et nous rappeler « non je ne m’arrête pas là, je continue de progresser… ». Parfois, les personnes qui vous encouragent peuvent ne pas être là avec vous. Mais si vous apprenez à puiser dans votre esprit pour retrouver de l’encouragement, vous pouvez avancer.

A plusieurs reprises, le roi David fit face à des défis, et la Bible rapporte qu’il reprit courage ou se fortifia. Comment faisait il ? Il se rappelait que Dieu l’avait choisi alors qu’il gardait le troupeau. Il se rappelait de sa victoire sur les ours et les bêtes sauvages. Il se rappelait de sa victoire sur Goliath. Il se rappelait de la délivrance que l’Eternel lui avait accordée. En se rappelant de la bonté et de la fidélité de Dieu, il reprenait courage et force.

Se rappeler des bonnes choses réveille la foi et le courage en nous-mêmes. Si nous en sommes arrivé là, ce n’est pas pour rester coincé là, c’est pour notre progrès ; Dieu peut encore faire quelque chose, il est toujours fidèle. Quand vous pensez à la bonté de Dieu, vous ne pouvez pas rester découragé !

1 Samuel 30 : 6
6 David fut dans une grande angoisse, car le peuple Parlait de le lapider, parce que tous avaient de l’amertume dans l’âme, chacun à cause de ses fils et de ses filles. Mais David reprit courage en s’appuyant sur l’Eternel, Son Dieu.

David reprit courage en s’appuyant sur l’Eternel. Pillé, il récupère le butin.

Psaumes rappelle les bienfaits de Dieu, par exemple

Psaumes 40 : 2-6
2 J’avais mis en l’Eternel mon espérance; Et il s’est incliné vers moi, il a écouté mes cris. 3 Il m’a retiré de la fosse de destruction, Du fond de la boue; Et il a dressé mes pieds sur le roc, Il a affermi mes pas.

Psaume 42 dit aussi pourquoi t’abats tu mon âme ? Espère en l’Eternel !

A une époque, la maison de l’Eternel était détruite, mais Dieu leur dit de se fortifier, de se remettre au travail, en vue d’une gloire supérieure. Aggée 2.4

Israel devait se rappeler de ce que l’Eternel avait fait, et le raconter à leurs enfants. Dites « l’Eternel est bon et sa miséricorde dure toujours ». Quand vous êtes en difficultés, au lieu d’être négatif et de vous repasser le film de combien c’est difficile, impossible, en imaginant une suite sombre, rappelez vous de ce que Dieu a fait pour vous, de sa protection, de vos progrès, commencez à passer un film positif, de victoire. Même si quelque chose est difficile, ça vaut la peine d’avancer. Même si vous vivez une difficulté, c’est un tremplin pour votre progrès.

Vous pouvez aussi reprendre et vous souvenir des satisfactions, des compliments qu’on vous a faits, de résultats que vous avez obtenus, des bons échos que vous avez eus. Parfois je relis des commentaires que nous recevons sur internet en réponse à nos messages ; ou des remerciements qui nous sont adressés par rapport au ministère. Et même si personne ne vous complimentait, faites vous-même une liste de vos réalisations, de vos accomplissements… vous pouvez vous encourager vous-même ! En un sens, on pourrait dire que Dieu lui-même l’a fait, dans la Genèse, lorsqu’il créa chaque chose et dit à chaque fois « ceci est bon » ! Nous sommes parfois trop critiques envers nous-mêmes : il faut vouloir progresser, mais il est important aussi de trouver quelque chose de bon et nous encourager, nous complimenter.

Dieu nous dit d’aimer notre prochain comme nous même. Ne dit-on pas, charité bien ordonnée commence par soi même ? Fortifie toi et prends courage. Nourris des pensées de foi, de victoire, de capacité, de réussite. Pensez à la bonté de Dieu, à ce qu’i la fait pour vous, à ses promesses qui s’accompliront. Ceci élève votre foi et vous aide à vous attendre à de bonnes choses à tout moment !

Ce que nous croyons doit être activé

En effet, il est indispensable de croire, car sans foi rien n’est possible. Nous pouvons nous fortifier nous même, croire et attendre le meilleur. Mais la foi doit s’exprimer, être mise en action.

Jacques 2 : 17
17 Il en est ainsi de la foi : si elle n’a pas les oeuvres, elle est morte en elle-même.

La foi sans action est morte = infructeuse

Romains 10.10 nous enjoint de croire du coeur et confesser de la bouche

Nos paroles donnent de la substance à notre foi. La foi sans paroles est infructueuse, les paroles sans foi sont inutiles. Cela fonctionne ensemble. Vous pouvez répéter de bonnes paroles, si vous n’y croyez pas, c’est inutile. Mais vous pouvez aussi croire fermement de bonnes choses, si vous ne parlez pas en fonction, c’est infructueux.

Libérez votre foi, parlez, et permettez à Dieu de confirmer les paroles.

Peut-être que vous croyez, que vous faites la bonne chose, mais il vous faut aussi parler dans ce sens. Dites votre réussite, votre progrès, vos projets réalisés, les bonnes rencontres, la faveur.

Proverbes 18.21 dit que la mort et la vie sont au pouvoir de la langue, et qu’on en mange les fruits. Nos paroles créent un environnement autour de nous. Nos paroles sont d’une importance capitale, ce que nous disons. Non seulement lorsque nous parlons ou déclarons des choses publiquement, ou ensemble, comme j’aime à le faire pratiquer ; mais chacune de nos paroles est active; que nous le disions en public ou seul.

Ce que vous dites détermine votre direction

Jacques 3.4 compare la langue à un gouvernail. Votre langue/vos paroles déterminent la direction de votre vie. Si vous parlez négativement, de ce qui est impossible, de ce que vous ne pouvez pas, vous allez dans une direction de défaite et d’échecs ; vous vous privez du meilleur. Alors semez plutôt dans la direction que vous voulez emprunter, pas le contraire.

Malheureusement, beaucoup de gens manquent de confiance en soi et d’estime, parce qu’ils se dénigrent eux-mêmes. Si vous avez ce genre de problème, il vous faut commencer à parler positivement : « j’ai de la valeur. Je suis capable d’accomplir ce qui est devant moi. Je fais des progrès. Je suis une personne intéressante ». Nous devons être bons envers les autres et dire de bonnes choses à leur sujet, leur sourire, être positif. Mais nous devrions aussi faire de même pour nous ! Dieu n’a-t-il pas ordonné d’aimer son prochain comme soi même ! Face au miroir, faites vous un sourire ! Lorsque vous êtes seul, parlez du bien sur vous-même. Dites que vous êtes capable, que vous allez réussir… que vous êtes créatif, un bon père, un bon époux…

Nos paroles agissent comme des semences. Quand nous les déclarons, elles s’inscrivent en nous, et vont produire un fruit correspondant. Lorsque vous déclarez quelque chose et maintenez ces déclarations, votre être va agir conformément à ce que vous dites et mettre en valeur ce qui est nécessaire.

Joël 3 : 10

Vous pouvez croire, vous pouvez prier, mais il vous faut aussi parler: « je suis fort. J’ai ce qu’il fait pour tout surmonter. Celui qui est en moi est plus grand que celui qui est dans ce monde. Toute arme forgée contre moi est brisée. Je ne serai pas atteint. Je suis toujours triomphant. Mes besoins sont pourvus. Ce que je fais réussit… »

Au temps convenable vous moissonnerez. Un jour, Jésus parla à un figuier. Il n’a pas séché sur le champ, mais lorsqu’ils sont repassés par là, les disciples ont vu que le figuier était bien sec. Vos paroles sont semées, elles agissent à la racine, et ensuite le résultat sera visible. Lorsque nous parlons, il se passe quelque chose dans l’invisible. Même si nous n’avons rien vu, restons sur cette bonne confession, afin de ne pas annuler ce que nous venions de dire. Lorsque vous déclarez une parole, vous lui permettez de se réaliser.

Nos paroles créent un environnement

Lorsque nous sommes en difficulté, nous devons être vigilants. Quand vous vous sentez dépassés, sous pression, vous pouvez être tenté par une attitude négative et des paroles négatives. Si vous y cédez, vous vous mettez vous-même en défaite.

Je dois avouer qu’il m’est arrivé dans une situation particulière de dire « je ne sais plus quoi faire ». En même temps que je m’entendais, je réalisais que je venais de faire une erreur. Quelques instants plus tard lorsque j’étais seul je commençais à déclarer sur moi-même les provisions et les capacités nécessaires. Au lieu du découragement, j’ai commencé à agir positivement. Cette journée s’est finie sur une note positive. Ne vous bloquez pas vous-même, ne campez pas là.

Marc 11.23, Jésus nous enseigne à parler « à » la montagne. Cette montagne peut être n’importe quelle sorte de difficulté dans votre vie. Vous ne pouvez pas vous contenter de subir, ou même de penser, ou de croire (même si tout commence par là)… il vous faut aussi parler.

Quelqu’un a dit « il y a un miracle dans ta bouche ». Vous pouvez changer votre monde, votre environnement. Si vous dites toujours « il ne m’arrive jamais rien de bon », c’est ce qui va se passer. Au lieu de parler du problème, commencez à parler des solutions. Ne vous contentez pas de parler pour décrire votre situation, commencez à parler pour changer votre situation.

Même lorsque tout va bien, gardez l’habitude de dire la bonne chose !

Hébreux 10.23 nous exhorte à maintenir la bonne confession de notre foi.

Dès votre réveil, commencez à dire de bonnes choses. Mettez en place un contexte positif. Avant même d’arriver au travail, dites que vous avez une bonne journée, que vous êtes efficace… Si quelque chose ne va pas, ou pour votre conjoint, vos enfants, vos collègues. La Bible parle d’appeler à l’existence les choses qui ne sont pas comme si elles étaient.

Ne dites pas combien vous allez mal, commencez à dire que cela va mieux. Ne dites pas combien vous êtes fatigué, dites que votre énergie se renouvelle. Ne dites pas que les affaires n’avancent pas, dites qu’elles sont en train de se développer… Nous ne sommes pas sensés dire où nous en sommes, mais dire où nous voulons aller (rappelez-vous la langue est un gouvernail).

Fortifiez vous, prenez courage, encouragez vous ! Encouragez-vous, et gardez le cap !

Fabien Weigel

Chance ou grâce ?

Lorsqu’il nous arrive de bonnes choses, ne soyons pas ignorants et ne manquons pas d’exprimer notre reconnaissance à notre Père !

Romains 8 : 28
28 Nous savons, du reste, que toutes choses concourent au bien de ceux qui aiment Dieu, de ceux qui sont appelés selon son dessein.

La chance est un concours de circonstances favorables. Beaucoup de gens utilisent des expressions mettant en scène la « chance », sans réaliser un instant (ou plutôt refusant d’accepter) que quelqu’un agit derrière tout cela et que les circonstances ne sont pas le fruit d’un supposé hasard. D’autres parleront aussi de « bonne étoile »… Eventuellement, quelqu’un mentionnera la « providence » ou, qui plus est, laissera échapper un « Dieu merci » mais sans réellement reconnaître le « Dieu » dont il est question… Par contre, quand tout va mal, « qu’est-ce que j’ai fait au bon dieu » (contradiction !).

En tant qu’enfants de Dieu, nous savons qu’il y a confrontation de puissances sur cette terre. Dieu voulant nous faire du bien – et ayant déjà tout disposé en Christ pour cela… et le diable voulant nous détruire.

Jean 10 : 10
10 Le voleur ne vient que pour dérober, égorger et détruire; moi, je suis venu afin que les brebis aient la vie, et qu’elles soient dans l’abondance.

Lorsqu’il nous arrive de bonnes choses, ne soyons pas ignorants et ne manquons pas d’exprimer notre reconnaissance à notre Père, qui nous fait du bien. Et même lorsque c’est difficile, restons dans cette bonne disposition et l’attente en celui qui change le mal en bien, et fait concourrir toute chose à notre bien. Il nous aime, et veut notre bien. Il n’y a pas d’histoire de « chance », c’est seulement sa grâce, que tous peuvent recevoir par la foi et l’humilité !

Fabien Weigel

Mon Dieu pourvoit

Ne regardez pas à la bénédiction, regardez à Dieu ! Ne regardez pas à la provision, regardez à celui qui pourvoit !

Philippiens 4 : 19
19 Et mon Dieu pourvoira à tous vos besoins selon sa richesse, avec gloire, en Jésus-Christ.

Dieu demanda à Abraham de le suivre, et Il promit de les bénir, lui et ses descendants. Dieu n’a pas promis à Abraham qu’il ne devrait pas prendre position pour ces promesses, mais Dieu montra à Abraham et à ses fils, encore et encore, que, s’ils lui faisaient confiance, Il pourvoirait à leurs besoins et les bénirait. Plus d’une fois, Dieu utilisa l’Egypte pour pourvoir aux besoins de son peuple. Mais Il montra aussi à Isaac qu’Il pouvait pourvoir même dans la famine (Genèse 26.1-3). Pourquoi Dieu ne voulait-Il pas qu’Isaac se rende en Egypte ? Parce que Dieu est notre source, et non l’Egypte !

Dieu a pourvu pour son peuple en Egypte, selon un plan qui amena Joseph à une position d’autorité, pourvoyant pour eux en Egypte. Cependant, si c’était là le plan de Dieu, pourquoi les Israélites sont-ils devenus des esclaves dans le pays de la provision de Dieu ? Parce qu’ils ont détourné leurs regards de celui qui pourvoit ! Dieu utilisa les ressources de l’Egypte pour pourvoir aux besoins de Son peuple, Dieu bénit l’Egypte et les alentours, et tous en bénéficièrent. Il fit pleuvoir sur le juste comme sur le méchant (Matthieu 5.45). Mais Dieu n’a pas fait de l’Egypte le pays promis. Le pays promis est le lieu où Dieu se trouve, et non le lieu où sont les provisions.

Philippiens 4 : 19
19 Et mon Dieu pourvoira à tous vos besoins selon sa richesse, avec gloire, en Jésus-Christ.

Dieu donne « plus qu’assez »! Comme le dit Jésus :

Matthieu 6 : 33
33 Cherchez premièrement le royaume et la justice de Dieu; et toutes ces choses vous seront données par-dessus.

Ne regardez pas à la bénédiction, regardez à Dieu ! Ne regardez pas à la provision, regardez à celui qui pourvoit ! Votre pays promis n’est pas dans la provision, votre pays promis est en Lui. Attendez-vous à Lui, et recevez ce que Dieu a promis, mais ne restez pas à la place où Il a pourvu un jour… Recevez aujourd’hui dans Sa présence ! Mon Dieu pourvoit à tous tes besoins, selon sa richesse et avec gloire en Jésus-Christ !

Fabien Weigel